Les 7 pêchers capitaux du couple

Les pièges de la relation

7 pechers capitaux du couple

1- Donner des conseils, proposer des solutions

La meilleure intention du monde peut être fatale.
Méfiez vous de votre ingéniosité.
Ecoutez d’abord, montrez que vous avez compris et vérifiez que c’est exactement ça.
La blessure peut être le problème. En tout cas, la blessure peut être le problème à prendre en compte avant de chercher des solutions pour ce qui a posé problème.
Cela est vrai dans un nombre important de situations. "il/elle m'a dit : tu devrais... au lieu de m'écouter".

2- Juger, émettre un jugement sur l’autre

C’est se mettre en position « au dessus » plutôt que « avec ».
Donner son point de vue, c’est autre chose.
Penser que ce que je ressens c’est ce que l’autre a voulu que je ressente, le bon comme le mauvais « il l'a fait exprès pour me faire mal ».
Collusion entre l’intentionnalité et le vécu.

3- Parler sans écouter l’impact de ce que je dis, sans prendre en compte la manière dont l’autre ressent ce que je dis, ou réagit

Manière de se mettre à distance sans en avoir l’air.
Ne pas risquer de se laisser toucher ni de percevoir que j’ai touché l’autre.
Oser blesser l’autre sans en payer les conséquences.

Au lieu d'anticiper comment l'autre ressentira mes paroles et y réagira.

4- Etre absent sur un canal relationnel :

Elan affectif
Sexualité
Connivence
Aide / soutien
Joie, rires, gaîté, légèreté relationnelle en même temps qu’imprégnation.
Partage de projets, de perspectives (court, moyen terme)
Un blanc s’installe…

5- Emettre des reproches plus souvent que des commentaires positifs explicites

Pointer ce qui ne va pas sans dire ce qui va.
Se sentir heurté par tout ce qui ne va pas, même sans le dire.
Prendre référence sur le barème intérieur plutôt que prendre perspective sur le barème relationnel.

Le "tu ne fais  / dis jamais"... Au lieu de "j'aimerais que tu..."

6- Ne pas oser dire

De peur de blesser ou d’aggraver la situation.
Se sentir ligoté(e)
Espérer que l’autre comprendra tout seul
Vouloir protéger le lien au détriment de soi ou de l’autre, au lieu de protéger le lien, pour soi et pour l’autre.

7- Vouloir avoir raison, forcer l’autre à « comprendre »

"tu sais bien que..., pourtant..."  c'est chercher à ramener l'autre à sa propre vérité, sans avoir au préalable pris le temps d'écouter la sienne.

Le chemin inverse est plus facile  : écouter la vision de l'autre (vraiment, empathiquement, pas par stratégie) et dire la sienne ensuite.

« On ne peut pas avoir raison et être en relation en même temps » (Anonyme)